[TEST] J'au suivi une visite guidée anti-mafia

Suivre une visite guidée anti-mafia... !


La Mafia reste assurément une des plus images qui colle le plus à la peau de cette région d'Italie. La Sicile et Cosa Nostra sont indissociables et c'est hélas toujours le cas ! Ce n'est pas parce qu'ils sont invisibles qu'ils ne sont plus présents : ils restent extrêmement puissants. Attention, la cinéma a eu tendance à romancer la Mafia avec Le Parrain qui traite de Cosa Nostra ou de Gomorra qui s'intéresse davantage au rôle de la Camorra à Naples ! Pour comprendre ce système en profondeur, nous avions lu dans un magazine GéoGuide l'existence d'une association de citoyens s'opposant à la Mafia sicilienne qui propose des visites guidées de Palerme sous cet angle. On n'aime pas trop les visites guidées normalement, mais là nous décidons sans hésiter d'en suivre une pour comprendre de l'intérieur ce monde obscur rempli de vérités et contre-vérités. 

 

 

Le rendez-vous nous est donc donné devant le théâtre Massimo avec Stefano, un italien ayant véritablement à coeur de montrer la Mafia telle qu'elle est. Avec un français vraiment impeccable, notre guide va nous emmener sur différents sites qui illustrent les méfaits de ce cercle criminel et la réponse de différents commerçants. Il commence à nous raconter l'objectif de son association, à savoir lutter contre la mafia avec des autocollants contre le pizzo. Ce pizzo est une sorte d'impôt illégal que vient demander à tous les commerçants la Mafia sicilienne. En cas de refus, de multiples problèmes s'invitent dans votre vie... vol, colle forte dans la serrure de votre magasin, intimidations, menaces... En contrepartie de ce pizzo, la mafia vous assure une protection... contre des méfaits qu'elle-même organise. Pour lutter contre ce racket, cette association de citoyens AddioPizzo imaginée par des jeunes ayant voulu monter un commerce propose des autocollants avec une croix orange marquant le fait qu'un peuple qui paie le pizzo perd sa dignité. Et cela fonctionne ! Aucun des commerçants ayant collé cet autocollant n'a reçu de menaces depuis son choix. La Mafia semblerait lâcher du mou sur ces questions pour travailler plus en "sous-marin". L'association ne vit que par les dons et la bonne volonté de sa quarantaine d'adhérents sans jamais recevoir le moindre argent public de quelque niveau que ce soit... Difficile à comprendre ! Les citoyens qui s'engagent dans des combats doivent être soutenus par les politiques !

 

Stefano, notre guide, nous emmène au Palais de Justice, en traversant le marché du Capo, pour ensuite nous expliquer auprès des lieux de mémoire des juges assassinés (Falcone et Borsellino étant les deux plus connus) l'importance des familles, des clans, les organisations spatiales, les atrocités commises par les responsables des années 40 à 90 (quelques fois, on se croirait hélas plus dans un film quand dans une île à 2h de Paris). S'en suit une lutte contre la Mafia très difficile (les italiens la surnomme la piovra la pieuvre en raison de ses tentacules dans tous les secteurs de l'économie et de la politique) qui ne sera probablement jamais gagnée. Notre guide nous emmène aussi dans une église avec un souterrain où était pratiqué une justice parallèle et dans la cathédrale de Palerme à la découverte de la tombe de Giuseppe Puglisi, un curé assassiné par la Mafia. Cette visite se termine par une visite de lieux de loisirs et sportifs créés par l'association pour offrir à des jeunes autre chose que de zoner et se faire happer par de mauvaises personnes au dessein criminel. 

 

 

La visite guidée proposée par Stefano est véritablement au top. On comprend les enjeux, il nous pousse à la réflexion, brosse le portrait d'un système criminel hyper organisé qui se réinvente tous les jours. De plus, on découvre différents sites intéressants sur lesquels on ne se serait jamais penchés. Personnellement, c'est un de mes meilleurs souvenirs à Palerme. Merci ! 

 

 

Le conseil du Caméléon : n'hésitez pas à demander la visite même en dehors des jours de visites traditionnels par mail. 50€ et le tour est joué selon ses disponibilités. Et cela vaut vraiment le coup ! Si vous voulez aller voir leur site, c'est ici !

 

0 commentaires

[TEST] J'ai testé la Scala de milan

Première fois à la Scala


La Scala... ce nom est mondialement connu et est une référence absolue dans le monde de l'opéra, du théâtre et de la musique. J'ai déjà visité quelques belles salle comme la Fenice à Venise... mais sans spectacle. Hors de question de voir la Scala sans spectacle. Au départ, je souhaitais voir un opéra... mais sur mes dates de week-end, c'était la première de Roméo et Juliette... intouchable financièrement. Je me suis donc rabattu sur un récital d'Anita Rachvelishvili et de David Aladashvili. A la base, je n'avais pas d'envie particulière. Je me sentais même impressionné d'aller dans ce genre de salle au dress-code imaginé comme hyper restrictif. J'avais peur de m'ennuyer... Grosse erreur. 

 


D'extérieur, le bâtiment n'est pas folichon. Comme nous avions pris des places en loge, on nous accueille sur le côté, c'est moins classe mais pas gênant. L'équipe du théâtre est très agréable avec un énorme collier à l'emblème de la salle pour bien les repérer. Il y a une conciergerie, on vous montre votre place. On observe "les riches" dans la salle. Certains exagèrent vestimentairement leurs fringues (en gros il y a des poufs qui n'ont pas compris qu'elles ne monteraient pas sur scène ni passeront à la télévision) mais globalement il y a un public plutôt cool. Je pense que c'est très différent lors d'une première représentation d'opéra. La salle est magnifique. L'ambiance monte. Les lumières se baissent.

 


Puis les deux intervenants arrivent. Ils ont mis le paquet. Subjugué, on est littéralement subjugué par la voix d'Anita Rachvelishvili et la qualité technique hors norme de David Aladashvili. Et au bout de 45 minutes, l'entracte arriva. On s'est presque demandé si c'était fini (quelle méconnaissance !). Et puis la deuxième partie... Anita Rachvelishvili envoie de dingue. Elle a chanté en italien, en français, en allemand, en espagnol. Les "bravaaaaa" sont lancés, les deux intervenants s'amusent, le public en redemande. Un rappel de près de 20 minutes avec quatre chansons avec de grands classiques réinterprétés. La foule est debout, les riches se lâchent comme des dingues. Une riche tape comme une dingue sur la scène avec sa main droite comme un supporter de foot sur la rambarde pour ambiancer son kop, un monsieur offre une rose, une autre femme sort un cadeau emballé pour la chanteuse... le public qui aurait pu apparaître froid ne l'est en fait absolument pas. Des tifosi au théâtre.

Je ne pensais pas prendre autant de plaisir dans ce genre de représentation... sûrement la magie de cette salle et une prestation de haut niveau... il faut parfois une occasion comme ça pour ouvrir son champ d'observation et affiner ses goûts.

Si vous voulez voir ce que ça donnait... il y a quelques vidéos sur youtube comme celle que l'on vous met en lien (ce ne sont pas les nôtres, il était logiquement interdit de filmer !).

 

0 commentaires