Octobre 2018

OMAN

— Petit paradis au cœur de l'Arabie heureuse —

 

Pourquoi partir à Oman ? C'est la question qu'on peut se poser quand on ne s'intéresse pas au Golfe Persique. Pourtant, quand on est passionné par la culture musulmane, les paysages, la baignade, la nourriture traditionnelle, on se doit de mettre Oman sur sa check-list. C'est une bonne copine, ayant habité à Abu Dhabi, qui m'avait conseillé Oman pour la gentillesse de ses habitants et la splendeur de ses paysages. Lætitia n'était pas très motivée par cette destination à la base, en raison de son manque d'images mentales sur le pays... c'est souvent mieux au final, car l'effet de surprise est total. J'ai regardé une fois les prix, après une soirée tard dans la nuit. Le prix du vol était plus qu'attractif ! C'est parti pour 10 jours dans cette perle de l'Arabie !

 

L'arrivée à l'aéroport de Mascate,

le vol et la prise de la voiture

 

  • Le vol avec Lufthansa et Oman Air

Voyager vers Oman n'est pas forcément bon marché. Mais si on s'y prend à l'avance et qu'on surveille les prix, il est possible de pouvoir découvrir cette perle de l'Arabie à coût modique. Plusieurs compagnies européennes proposent des trajets avec escale direction Mascate. Le meilleur plan que j'ai trouvé fut un billet combiné Lufthansa/Oman Air pour à 400€ sur une période de vacances scolaires. Imbattable. Excellente impression pour la Lufthansa avec même un en-cas à grignoter à l'aller comme au retour. Par contre, je reste très déçu par Oman Air. Accueil glacial des hôtesses à l'aller comme au retour. On avait demandé des repas spéciaux. Bien mal nous en a pris, avec l'oubli du pain, du café... Un petit-déjeuner immangeable (et je ne suis pas difficile). Comme quoi, les compagnies du Golfe ne se valent pas toutes... Par contre, accueil impeccable au sol à Mascate, ainsi qu'au passage de la douane avec un accueil charmant, un intérêt réel et sincère de la douane pour nos prénoms. Cela compense !

  • La voiture avec Dollar

Difficile de trouver un bon prestataire pour un 4x4 sans se faire matraquer financièrement. Je pense qu'il est impossible de profiter d'Oman sans quatre roues motrices. Vérifiez bien sur le formulaire de réservation que la mention 4WD soit notée, ce qui vous permettra de conduire dans le désert, de rouler dans certains wadis et de monter au Djebel Akhdar. J'ai trouvé sur Rentals un prix exceptionnel de 485€ pour 9 jours de conduite. Il fallait en général plus compter sur 700€. Pensez bien aussi au fait qu'il vous faudra une carte de crédit (notifiée crédit comme tel) afin de pouvoir louer sur Oman (et dans plus en plus de pays). Pour avoir crédit, demandez une carte à débit différé) votre banque en France. Rien à dire sur Dollar, accueil sympa, voiture impeccable (2000 kilomètres...) avec une caution plus que raisonnable (l'équivalent de 300€). Bref, parfait pour partir serein sur les routes omanaises !

 

  • Les logements

Je vais détailler quelques logements dans la présentation d'Oman, notamment à Misfah et dans le désert. Pour les autres, nous sommes passés par AirBnb et Booking pour trouver des plans intéressants :

     - à Mascate : n'hésitez pas à aller dormir ici : il s'agit d'une chambre avec cuisine et salle de bain privée avec parking en face du marché aux poissons, en plein cœur de Mutrah. Accueil hyper sympa. Café d'accueil. Rien à dire ! Le bon plan !

     - à Nizwa : un couple américano-marocain vous accueille dans cette chambre avec salle de bain privée au cœur de leur maison. Accueil hyper gentil et maison bien placée pour rayonner dans la région. Je recommande à 100% !

     - à Sour : nous avons passé deux nuits à Zaki Hotel Appartement. Le concept d'appart-hôtel peut être sympa, mais sans rien dans les placards... juste deux assiettes et couverts. C'était par contre très propre et bien placé. Accueil remarquable et petit-déjeuner agréable... Prix imbattable !

 

Quelles expériences vivre dans ce pays ?

 

— Quel circuit pour 10 jours pour profiter au maximum ? —

 

Oman est un grand pays, mais pour une première fois, une dizaine de jours est une jauge intéressante pour pouvoir allier villes, mer, montagne et désert. Nous sommes restés deux nuits à Mascate pour voir la capitale et faire une partie de la Rustaq Loop, puis nous nous sommes dirigés vers Misfah, avant de dormir deux nuits à Nizwa. Une nuit magique dans le désert laissera place à deux nuits à Sour avant de reprendre l'avion...
Un bon rythme qui permet de prendre son temps en découvrant un maximum de sites.

 

1- Flâner dans Mascate, capitale ayant gardé son âme

  • La Grande Mosquée du Sultan Qaboos 

La Grande Mosquée du Sultan est la plus grande du pays. Inauguré en 2001, c'est la seule du pays qui peut être visitée par les non-musulmans. L'aspect extérieur est déjà clinquant en raison de son aspect minimaliste qui allie marbres blanc et brun-rouge. L'intérieur, avec un tapis réalisé en Iran de plus de 4000 m2, peut accueillir 20.000 fidèles. Levez la tête, le lustre en cristal de Swarovski est l'un des plus impressionnants du monde (après le Qatar). Déambuler dans ce lieu est juste fantastique et le style proposé par Oman fait beaucoup moins Mille et une nuits que celle d'Abu Dhabi. Foncez-y et compter au moins 1h30 pour en profiter pleinement. C'est une superbe mise en bouche pour découvrir Oman et cela vous mettra en condition avec la chaleur...

 

Le conseil du Caméléon : la mosquée est ouverte le matin de 8h à 11h aux non-musulmans, c'est une bonne occasion en sortant de l'aéroport car elle est seulement à un quart d'heure de route. A l'intérieur, il faut logiquement se couvrir les cheveux pour les femmes et les genoux et bras pour les hommes. Si vous n'êtes pas équipé, la mosquée met à disposition tout ce qu'il faut !

 

  • La balade sur la corniche de Mutrah

Attention canicule ! Se balader à Mascate en pleine journée est un vrai sport parfois eu égard du taux d'humidité apporté par la mer d'Oman et le passage incessant des voitures. Cependant, cette petite balade est à faire, ne serait-ce que pour découvrir les yachts de la famille Al-Saïd, celui du sultan et celui de son père, les petits arrêts ombragés sculptés, les beaux points de vue sur la belle mosquée et surtout les maisons à moucharabiehs. Vous pouvez aller découvrir le marché aux poissons le matin et le souk en fin de soirée.

 

Le conseil du Caméléon : pour manger, il y a un super restaurant au bout de la corniche, côté Fish Market : Bait-Al-Luban ! Réservation obligatoire. Demandez une terrasse à l'extérieur pour avoir une vue sur la corniche. L'intérieur est magnifique, l'accueil sympa, vous y boirez de l'eau de rose avant de commencer à manger de très bons plats omanais. Une adresse incontournable et finalement très connue. Nous avons également testé en premier restaurant le Royah House sur la corniche. Adresse tout à fait convenable ! 

 

  • Un coup d'oeil au souk de Mutrah

Je n'ai jamais été fan des souks. Celui-ce me confirme dans mes choix. J'ai trouvé que le souk de Mutrah, même s'il y a de très belles boutiques vendant de l'or, est le lieu le moins authentique du Sultanat. On est alpagué (mais pas comme au Maroc) quasiment partout et j'ai du mal à ce que l'on me considère comme un portefeuille sur pattes. Allez-y si vous aimez ce genre d'ambiance, mais j'avais beaucoup plus apprécié le souq Waqif à Doha, au Qatar, où chacun faisait sa vie...

 

  • Assister au coucher du soleil sur la plage de Qurm 

Bienvenue dans le quartier ultra-chic de Mascate. Aussitôt arrivé dans le quartier à la superbe mosquée, vous allez vite sentir la richesse de cet endroit, avec des maisons incroyables, la plage, les grosses voitures....La plage sort presque de nulle part. Tout au bout, un hôtel pour européens incapables de comprendre que cela ne se fait pas d'enfiler son bikini à Oman. Il est très agréable de se balader sur cette plage, plutôt propre quand on est passé ce soir-là. Les quelques pêcheurs au fond, certains Omanais en dishdasha qui se trempent les pieds et surtout le magnifique coucher de soleil font de la plage de Qurm une étape intéressante en début de soirée après une chaude balade à Mutrah ou dans l'arrière-pays.

 

  • La découverte du Old Mascate avec le Palais du Sultan 

Le "Old Mascate" est le lieu du pouvoir et de la culture. Riche de plusieurs sites d'intérêt comme le musée national, ce quartier attire surtout les touristes et les locaux pour y apercevoir le fascinant Palais du Sultan. Colonnes bleues et or en forme de champignon, le Palais, bien que non-ouvert au public, est impressionnant. Le quartier est d'une propreté irréprochable et l'ambiance est particulièrement reposante en soirée.

 

2- Visiter les forts arabes protégés par l'Unesco

 

A Oman, les forts sont partout. En haut d'une colline, pour protéger une ville, dans le lit d'une rivière... Vous en verrez sur les routes et aurez l'occasion d'en visiter en nombre. Ils sont, depuis leur restauration, protégés par l'UNESCO au titre du patrimoine mondial de l'Humanité. Et c'est vrai qu'ils ont un cachet exceptionnel ! Nous en avons visité trois, avec le regret de ne pas avoir eu le temps de visiter celui de Jabreen. 

  • Le fort de Nakhal

En arrivant à Nakhal, on se demande bien où peut être le fort... La ville apparait comme une longue succession de maisons et de magasins. Puis on tourne sur notre gauche et on le prend en pleine figure, fier et imposant. Il a été construit pour protéger les vastes plantations de dattiers tout autour. Au départ, on ne s'en rend pas vraiment compte, c'est une fois sur les hauteurs du fort que l'on s'aperçoit de l'immensité des plantations. Le fort est vraiment bien restauré et il est très agréable de se poser au frais dans certaines salles, les majlis, sur des tapis avec juste ce qu'il faut d'air pour respirer dans cette chaleur dingue que dégage la plaine de la Batinah. Le fort est truffé de détails militaires utiles en cas de conflits, à l'image des trous au dessus des portes (la fameuse balance d'huile bouillante), des tours rondes pour dévier les boulets de canon et même un falaj (sorte de levada) pour amener l'eau en cas de siège. N'hésitez pas à visionner la petite vidéo (point 10) de l'appel à la prière du haut du fort !

 

Le conseil du Caméléon : si vous avez envie de vous rafraichir après cette visite en plein cagnard, passez au petit supermarché histoire de prévoir le picnic et filez à la source Ain Al-Thawarah, à quelques mètres. Il y a une petite piscine d'eau chaude et la possibilité de se faire "manger les pieds" par de petits poissons. Nous avons eu aussi l'occasion de voir un berger avec ses chèvres traverser la source. Fascinant ! 

 

  • Le fort de Bahla

La ville de Bahla a très mauvaise réputation auprès des Omanais extérieurs à la ville. Cette dernière serait remplie de djinns, esprits diaboliques accusés de jeter le mauvais oeil... Pas d'inquiétude, nous ne les avons pas rencontrés. Le fort est rapidement visible depuis la route et quelle claque ! La somme pour visiter est plus que modique (500 bz), profitez-en ! Toute l'ancienne ville de Bahla est enserrée par des fortifications en plus ou moins bon état. La forteresse fait partie intégrante de ce dispositif défensif. La cour intérieure est très impressionnante, les tours et les remparts vous permettent de découvrir le système défensif de la cité. Ce qui m'a le plus séduit dans ce château est son organisation labyrinthique. On ne sait jamais dans quelle pièce on va atterrir ! C'est conçu de manière très impressionnante. Au fond, une sorte de kasbah qui devait permettre d'accueil un max de personnes en cas d'attaque. 


Gros défaut cependant, il n'y a aucun panneau ni cartel ! Difficile de comprendre l'organisation sans un guide papier ! Mais ce n'est pas très grave, car le site est majestueux, les vues exceptionnelles et on peut passer plusieurs heures sur dans le fort, sans forcer !

 

  • Le fort de Nizwa

A Nizwa, on change clairement de niveau. Le fort est particulièrement impressionnant, avec son énorme tour ronde de plus de 40 mètres de hauteur qui offre une vue incroyable sur toute la ville et les dattiers. L'entrée est plutôt élevée pour Oman (5 rials par personne) mais le site est immense et vivant. Il y a un musée sur l'histoire d'Oman dans les parties inférieures avec un zoom sur le mode de vie des Omanais à travers les siècles. Nous avons également eu la chance d'assister à une cérémonie musicale en compagnie d'Omanais vêtus du costumes des grandes occasions qui ont chanté, lors de véritables battles musicaux en envoyant en l'air à plusieurs reprises leurs épées. Le spectacle est également déambulatoire car 1h30 après, cette team se déplaçait dans le château en chantant. 

 

Le conseil du Caméléon : allez découvrir le fort après le Friday Market, le timing sera parfait. Dès 8h au marché et de 9h à 11h au fort avant de repartir ! La ville se sera totalement vide !

 

3- Nager dans les plus beaux wadis omanais

  • Bimmah Sinkhole

Ce n'est pas exactement un wadi, mais je trouve intéressant de parler du Bimmah Sikhole ici ! En effet, il a un vrai point commun avec les wadis : la couleur verte exceptionnelle qui apparait quand le soleil cogne au zénith. Cette piscine naturelle, remplie de petits poissons mangeurs de pieds (ou de cuisses - ça pique un peu), est surnommée la "Maison du Démon". Elle est née d'un affaissement du sol. Le site est plutôt agréable, l'eau très douce et il est possible de s'isoler sur la gauche avec la sensation de nager dans une grotte. Les plus fous oseront sauter de tout en haut (il doit bien y avoir 30 mètres). J'en ai vu un ! Douce inconscience mais sensation extrême.

 

  • Wadi Bani Khalid

Ce wadi est un peu l'une des cartes postales ou images mentales préférées des touristes. On doit dire que sa réputation est méritée. Nous y avons passé une bonne partie de la journée en revenant du désert (seulement 1h de route). Le parking juste avant est assez grand pour accueillir un maximum de monde et nous avons été accueillis par des membre du Ministère du Tourisme afin de recevoir leurs conseils pour se vêtir ! Le tee-shirt pour les femmes ainsi qu'un legging sport sont vivement souhaités. Nous sommes dans un pays musulman, doit-on le rappeler aux idiotes qui se baignent en bikinis échancrés ? Si tu veux mettre ce genre de maillot, tu vas à Cannes, pas ici, cela s'appelle le respect. Les locaux, femmes comme hommes, sont vêtus pour aller se baigner et j'ai même vu quelques burkinis ! Pas de quoi en faire un fromage !

 

Le début du wadi est aménagé avec un petit espace restauration, un petit pont, des espaces pour se mettre à l'ombre. On sent que les locaux s'arrêtent plus dans ce coin que plus loin. Plus on avance, plus le wadi se resserre, offrant de multitudes de petits lieux de baignade à l'eau douce et transparente, des toboggans naturels ou quelques cordes pour plonger (bien que cela soit interdit). C'est beau et apaisant et on y passe véritablement une bonne journée. Faites comme nous, prévoyez le picnic !

 

  • Wadi Shab

Le plus beau ! Sans discussion ! On était impatient de se baigner dans ce wadi. Ne vous laissez pas impressionner par le pont autoroutier à l'arrivée ! Prenez le petit bateau pour 1 rial aller-retour par personne qui vous permettra de changer de rive. Ensuite, vous aurez 45 minutes de randonnée pour atteindre les lieux de baignade. Sur le chemin, vous verrez de longs tuyaux et une station de pompage qui servent à récupérer l'eau pour l'agriculture. Levez la tête, des chèvres grimpent partout autour de vous et magnifiques oiseaux vous survoleront. Au bout, la baignade, très "secure", tant pour vous que pour vos sacs. Si vous ne souhaitez pas laissez vos affaires, pensez à acheter un sac étanche pour être libre. 

 

Le conseil du Caméléon : poussez jusqu'au fond, vous avez une petite grotte ! Vous aurez juste la place pour passer votre tête, mais une fois à l'intérieur, cela vaut le coup. Surveillez quand même la météo !

 

  • Et si vous n'aimez pas les wadis (quoi ?)...

Il y a aussi la mer d'Arabie ! Si vous n'aimez pas l'eau verte, Oman offre aux visiteurs quelques plages assez jolies, particulièrement sur l'axe Sour - Mascate (il y en a aussi au Dhofar, mais nous n'avons pas eu le temps d'y aller). N'hésitez pas à vous arrêter à White Beach, à Fins. C'est un bon spot pour bivouaquer. L'eau est d'un bleu exceptionnel ! Mais attention à la baignade car les courants ont l'air vraiment dangereux.

 

4- Se balader dans Misfat Al Abriyyin 


Misfah ou Misfat Al Abriyyin est-il le plus beau village d'Oman ? L'un d'entre-eux probablement...  Après quelques kilomètres sur une belle route goudronnée offrant une vue magnifique sur Al-Hamra, vous arriverez à un petit parking pour poser votre voiture. L'aventure commence... Au dessus des plantations de dattiers et des falajs, une mosquée pour femmes à l'entrée, des enfants qui jouent au ballon et qui vous saluent, des vêtements traditionnels en train de sécher aux palmiers, des restes de fortifications... On pourrait passer des heures à se balader dans ce village au charme indescriptible. Le coucher de soleil offre à nos yeux émerveillés un ciel rosé sur les montagnes omanaises et le bruit de l'eau libéré surprend dans un environnement d'apparence sèche... il n'en est rien. Impossible de ne pas venir découvrir ce village encore coupé du monde mais avec un accueil charmant de la part des habitants, si on respecte leurs traditions...

 

 

Nous avons dormi dans une adorable guesthouse, Misfah Old House, l'une des première du pays. Vous laissez votre voiture en haut du village et suivez les panneaux. A l'arrivée, un accueil avec des dattes et un café à la cardamome. Les matelas au sol, les ouvertures, le bruit des falajs, le diner et le petit-déjeuner rendent cette expérience incontournable. Quand j'en vois certains sur Tripadvisor se plaindre, je n'arrive pas comprendre... Ils ont même une petite boutique de dattes et de miel produits dans le village. Attention, on a vraiment du mal à partir tellement on apprécie...

 

5- Prendre le frais à plus de 2000 mètres de hauteur

  • Djebel Shams 

Le Djebel Shams est le point culminant d'Oman. D'Al-Hamra, vous mettrez presque une heure pour atteindre ce magnifique point de vue sur ce que l'on nomme le "Grand Canyon d'Arabie". En haut, il n'y a rien à faire, hormis regarder, oser jeter un coup d’œil en bas et profiter du spectacle. La vue est saisissante et peut voir très loin en cas de temps clair ! Je me suis amusé avec un lézard qui observait le canyon. Il n'a eu, à aucun moment peur de moi, comme s'il me disait "t"as vu, mec, ce rocher, c'est ma maison avec une vue sur tout le pays" ! Quel chanceux !

 

  • Djebel Akhdar

Je ne savais pas trop quoi trouver au Djebel Akhdar hormis quelques informations techniques sur la nécessité d'avoir un 4x4 pour franchir le barrage des militaires. En fait, il faut avoir à l'esprit que le Djebel Akhdar, c'est surtout le plateau de Saiq. C'est une immense zone, situé entre différentes montagnes, où trônent de nombreux villages typiques omanais, certains détruits et inhabités, d'autres bien vivants, avec toutes les commodités. D'un côté, il y a des petits villages apaisants que vous pouvez visiter où l'on entend seulement des bagarres de chats. De l'autre côté, les fameux hôtel de luxe avec piscine à débordement que l'on a tous vus sont dans cette zone. Heureusement, ils n'altèrent pas trop le paysage. Je vous conseille vivement de prendre votre voiture et de vous balader au gré de vos envies afin d'y découvrir la vie locale. Poussez jusqu'au bout ! Les gens sont super gentils, te conseillent, te disent bonjour, te prennent en photo avec ton appareil. On nous a même payé le café et les dattes... Si vous êtes audacieux, vous pourrez aller découvrir, à vos risques et périls, les villages abandonnés...

 

Le conseil du Caméléon : n'oubliez pas votre permis et l'assurance de la voiture (la carte était, pour notre part, dans une petite boite au dessus de nos têtes. Oui, un 4x4 est obligatoire, prévoyez donc d'avoir 4WD marqué sur votre voiture) et mettez-vous en H4 tout le long de la montée et de la descente !

 

6- Faire ronfler le moteur de votre 4x4 lors de sessions off-road

  • Aller d'Al Awabi à Misfah par le Wadi Bani Awf

Depuis le début, j'avais envie de faire cette route. Si j'avais loué un 4x4, c'était clairement pour faire du off-road. J'avoue, j'adore ça. On se sent vivant à essayer de passer les obstacles, les cours d'eau, les trous, les montées, frissonner au croisement en espérant ne croiser personnes à certains endroits. Pour rejoindre Misfah, il y avait deux solutions : soit prendre l'autoroute monotone, soit prendre cette route réputée épuisante. J'ai choisi évidemment la deuxième option. Et honnêtement, il n'y a vraiment pas de quoi s'inquiéter. On roule aisément en H4 et on utilise quelques fois le L4. La route est plutôt honnête, sans grande difficulté. Mais nous avons eu la chance de la voir en milieu sec. Je pense qu'un orage peut vite l'altérer profondément. 


Au départ de la route, vous pourrez vous détendre dans un petit lieu sympa avec un peu d'eau avec une belle vue sur les montagnes. Vous continuerez la route jusqu'à découvrir le fameux Snake Canyon, prisé des fans de sports extrêmes. Une fois arrivé à Hatt, profitez en pour vous poser et observer le paysage. Pas de bruit et des montagnes comme on en trouve - selon les témoignages - en Afghanistan ou au Pakistan. C'est superbe et cela se passe de commentaires. Vous arriverez alors sur une route bétonnée. Vous y êtes ! Vous redescendrez jusqu'à Al Hamra, avant de monter à Misfah en 25 minutes.

 

  • Conduire dans les dunes !

Conduire dans les dunes, c'est une sensation indescriptible. Mon plus grand regret en Namibie était de n'avoir pas osé le faire pour aller à Sossuvlei. J'avais pourtant l'équipement mobile pour dégonfler les pneus, mais je n'avais pas tenté. Cette fois-ci, le gérant du camping dans le désert m'a dit que je pouvais conduire. Il m'a donné quelques conseils avant et pendant. Et j'ai clairement pris mon pied. Il faut accepter de glisser comme sur la neige, forcer sur l'accélérateur, prendre les montées et descentes en ligne droite et jamais en diagonale. Au retour, Laetitia s'y est mise. Après quelques secondes tendues, on ne l'arrêtait plus. Souvenir merveilleux ! 

 

7- Dormir dans les Sharqiya Sands et assister au lever de soleil


Dans la vie, il y a des moments qui te marquent à jamais. Dormir dans le désert, si loin de la première ville sans entendre un bruit et se lever à 5h30 du matin pour voir le lever de soleil, c'est une expérience hors du commun. Nous n'avions pas lésiné sur l'organisation de cette soirée. Après avoir conduit dans le désert avec notre propre véhicule, fait une petite initiation à la montée de chameau et bu un café avec une famille de bédouins, nous nous sommes installés pour la nuit dans une tente de luxe chez Oman Desert Private Camp. La nuit est chère c'est vrai, il faut rajouter le diner et le petit-déjeuner soit environ 200€. Mais une expérience comme cela les vaut largement. L'accueil est magique, le dîner et le petit-déjeuner très bons. Et que dire de cette soirée à la belle étoile et la nuit confortable dans cette tente posée au milieu de nulle part ! 

 

 

Il y a deux déserts à Oman :  Sharqiya Sands et Rub al-Khali. Au vu de notre parcours, nous nous sommes rendus dans le premier. Premier constat, les abords du désert sont très sales. Les sacs plastiques jonchent le sol et on se demande comment les bédouins peuvent laisser cela comme ça puisque c'est leur espace de vie. Ensuite, nous avons assisté quelques minutes à une séance de dune-bashing. Le concept est simple : tu es en bas de la dune en 4x4, tu prends de l'élan et tu gravis la dune de sable mou. Certains s'enlisent, d'autres se laissent aller en arrière. L'atteinte écologique de cette pratique est immense atténuée par le fait qu'elle se fait apparemment sur un endroit très resserré du désert. Puis après, nous nous sommes dirigés vers un camp loin des usines à touristes où il y a des dizaines de tentes. Je ne comprends pas l'intérêt de ce genre de camps. N'avoir que quelques tentes est tellement plus intéressant.


Tout d'abord, nous avons observé de manière classique le coucher de soleil. Voir cette boule rouge passer derrière les dunes est sympa, mais on a presque envie de dire que l'on connait déjà... Ce que nous avons apprécié le plus est que nous étions un soir de pleine lune. Excités, impatients comme des gamins, on s'est levé à 4h du matin pour voir ce qu'était un désert la nuit. Quel choc ! On sait enfin ce que signifie le silence (même si scientifiquement le désert fait 20 ou 30 décibels). En pleine nuit, il faisait un jour presque éclatant. Les pieds dans le sable, avec quelques scarabées à nos pieds, on prend la mesure des richesses incroyables qu'offre la planète et on en a presque le blues de voir que l'Homme détruit cela malgré les alertes quotidiennes des scientifiques. Puis, nous sommes montés sur les coups de 5h30 sur la plus haute dune aux alentours. On a attendu. Il est venu presque s'en prévenir. Un rond, une sphère pure, rouge est apparue progressivement au dessus des dunes et du brouillard s'étant formé dans la nuit. On était seul, bien, sans personne, sans bruit, avec justes des traces d'insectes, d'oiseaux et de chèvres sur le sol, preuve que nous étions loin d'être isolés pendant la nuit. Cette expérience restera gravée dans notre mémoire. Je peux le dire. J'aime le désert et je vais vite revivre cette sensation...

 

8- Vivre l'hospitalité omanaise et comprendre le pays

  • Prendre un café / dattes à Al Ruus (Djebel Akhdar) avec Salim !

Quand nous sommes allés au Djebel Akhdar, nous avons vécu un grand moment. Au fin fond de nulle part, nous avons pris une photo dans un "meeting point" à Al Russ, un village du coin. Un homme est venu nous voir pour mieux nous connaître, savoir si on aimait Oman etc... On lui a dit qu'on appréciait leur gentillesse, leur café... Et nous voilà invités à boire le café avec lui dans une petite salle juste à côté. Ce fut un excellent moment. Salim était guide de montagne dans la région, nous a parlé de sa famille, de ses traditions et nous a demandé comment était la vie en France etc... Un de ses amis est venu également s'asseoir puis est reparti pour un appel à la prière avant de revenir. Nous n'avions jamais passé un moment aussi déstabilisant car, en France, nous n'avons pas ce sens de l'accueil désintéressé. Ce peuple est hyper tolérant. Je ne pense pas qu'un Omanais se baladant en France soit regardé correctement. Eux, au contraire, nous ouvrent leurs portes. Merci Salim pour avoir confirmé notre avis sur Oman ! 

 

  • Écarquiller ses yeux devant leurs immenses villas et voitures !

A Oman, les billets peuvent couler à flots. Il suffit de regarder ce qui t'entoure. Le choc commence déjà avec les deux yachts de la famille du sultan. Le plus gros dépasse les 15.000 tonnes et emploie des centaines de salariés. Quand le sultan se déplace, c'est encore pire. Il a même une résidence en France et en profite pour emmener des centaines d'employés avec lui. Sa fortune proviendrait du pétrole et il est l'un des plus riches dirigeants de la planète.
S'en suit aussi l'immensité des maisons que l'on peut découvrir dans le pays. Elles sont plus grandes, plus majestueuses et plus ornementées les unes que les autres ! Pourquoi sont-elles si grandes : pour montrer la richesse de leurs propriétaires, et, surtout car les anciens Omanais ont en moyenne 5 enfants et peuvent avoir jusqu'à 4 femmes... il faut bien loger tout le monde.. Pourtant, il y a une normalisation de ces traditions familiales traditionnelles et nombres de jeunes Omanais n'épousent dorénavant qu'une femme et n'ont que 2 enfants en moyenne... 
Enfin, il suffit de se poser sur un banc, le soir, le long du rivage près de la plage de Qurm pour voir le défilé de grosses voitures. Des marques exceptionnelles défilent chaque seconde... c'est presque une parade avec des jeunes qui viennent juste d'avoir une vingtaine d'années... qu'ils en profitent ! Cependant, il faut bien avoir à l'esprit que les Omanais sont riches car de nombreuses basses et difficiles besognes sont opérées par des indiens ou pakistanais qui viennent quelques années travailler dans de rudes conditions pour subvenir aux besoins de leurs familles restées au pays et transformer radicalement leur niveau de vie.

 

  • Découvrir le Friday Market à Nizwa

Le Friday Market est le marché aux bestiaux organisé à Nizwa chaque vendredi entre 6h et 9h du matin, "à la fraîche". Soyons honnête, je n'ai pas été fan de ce moment, car je ne considère pas les animaux comme "de la viande". Cependant, j'avais envie de voir comment cela s'organisait et me rendre compte que l'on fait, au final, bien pire en Europe dans les infâmes abattoirs du continent. Je n'ai, par ailleurs, pas vraiment eu l'impression que les vendeurs ou acheteurs méprisaient leur bêtes. J'ai vu beaucoup d'enfants et d'adultes caresser la tête des chèvres et prendre du temps avec les animaux...
Côté pratique, le principe est simple, les acheteurs sont au milieu du cercle, les curieux en dehors du cercle et les vendeurs de bestiaux passent avec les animaux afin de les vendre en tournant. Il y a également un homme qui gère avec tout le monde les négociations. Attention à ne pas prendre un coup de patte car un bœuf de plusieurs centaines de kilos mal maitrisé par son propriétaire lors de sa parade peut vite vous faire très mal. C'est surtout l'occasion de voir un aspect différent des Omanais, dans le cadre commercial, et d’admirer les masques des bédouines et les kummas des hommes et enfants.

 

  • Se balader sur la plage de Sour et assister à un entrainement de foot !

La plage de Sour est remplie de déchets. Elle n'est pas spécialement plaisante et on n'y voit pas beaucoup de femmes... Sour nous est apparue comme une ville à l'islam assez rigoriste, en témoignent les nombreuses niqab et burkas (pas la version afghane évidemment) portées par les femmes. Ce qui est fascinant à Sour, hormis la vue sur la ville d'Al Ayjah, ce sont les matchs d'entrainement de football dans le sable. Et ça ne rigolent pas ! Les plus grands maillots européens sur le dos, les joueurs mettent leur vie en suspens pour donner le meilleur d'eux-même. Ça tacle, ça invective, ça jongle. Mais toujours dans le respect. Posez-vous dans le sable, c'est un grand moment...

 

9- Observer la vie animale du Golfe Persique


Évidemment, il y a toujours un point animaux dans mes articles. A Oman, j'ai été servi !
La première chose qui m'a vraiment fait mal, c'est l'abondance de chiens et de chats abandonnés. Les chats sont plutôt bien vus par les habitants, certains leur donnent à manger. Les chiens, à part quelques cas, ce n'est pas la même et cela fait mal au cœur. Mais ils vivent en meute pour s'entraider. J'ai même acheté un peu de nourriture pour donner aux animaux autour de mon hôtel à Sour. On ne se refait pas !

 

Pour les autres, c'est plutôt sympa à voir. Évidemment on a une pointe de tristesse quand on les voit au marché de Nizwa... On ne pourra pas tout changer, encore moins rapidement. Mais d'autres ont l'air d'avoir une vie plus sympa. Vous verrez un maximum de chèvres, quelques fois avec un berger, et quelques fois sans je pense, vu les endroits où vous pouvez les croiser. Ces chèvres montent partout avec une agilité incroyable due à leur morphologie. Attendez-vous également à voir des dromadaires dans le désert et sur les routes (même si on n'aime pas trop le fait qu'on leur attache les deux pattes de devant pour éviter qu'ils n'aillent trop loin). On en a même vu chargés dans des 4x4 ! Je ne vous explique pas la crise de rire quand on a vu que l'on se faisait doubler à 140 km/h par un chameau ! Quelques ânes profitent de l'ombre le long des murs des maisons et certains vautours sur le littoral guettent une proie fragile !

 

10- Comprendre le rôle de l'Islam dans le pays


Quand on a dit à nos amis ou à notre famille, qu'on allait à Oman, on a volontairement dit que le pays se situait entre l'Arabie Saoudite et le Yémen. Pourquoi ? Parce qu'on sait pertinemment qu'en France, une grande partie de la population est terrifiée à l'idée de voyager dans un pays musulman. Faut-il mettre le voile ? Ce n'est pas dangereux ? Avec les temps qui courent, vous ne pouvez pas aller ailleurs ? Voici le florilège de ce que l'on peut entendre comme inepties. On a beau le répéter, il faut arrêter de regarder la télévision et aller à la rencontre des autres. Je le dis clairement : je ne me suis jamais autant senti en sécurité de toute ma vie en voyage qu'à Oman.

 

La particularité de ce pays est de pratiquer l'islam ibadite. C'est d'ailleurs le seul pays musulman ou les sunnites et chiites sont en infériorité numérique. Cette pratique de l'islam est tolérante et respectueuse des autres cultes. Le rythme de la vie s'inscrit dans les 5 prières par jour, y compris celle qui te réveille en pleine nuit. Cet islam est clairement ouvert et tous les Omanais que nous avons rencontrés étaient très tolérants par rapport à nos croyances (et non-croyances) et à l'Europe. Leur vêtements sont aussi en lien avec l'islam avec notamment l'habit traditionnel omanais, la dishdasha (le vêtement blanc) et la kumma (le chapeau). Notre vrai plaisir a été de profiter de chaque appel à la prière. L'islam structure toute la vie, car il n'y a pas de différence entre le spirituel et le temporel dans le Coran. Cela se ressent sur Oman. Ce pays m'a confirmé dans mon choix d'en comprendre toujours plus sur la religion musulmane et ses riches traditions.

 

Le conseil du Caméléon : le calendrier des appels à la prière est disponible sur de nombreux sites internet. N'hésitez pas à les télécharger pour être prêt dès l'appel du muezzin !

 


Alors il en pense quoi le caméléon ?

 

Les + d'Oman

  1. L'accueil des Omanais est formidable et sincère. Ils veulent vous rendre service, le climat est sain, le regard toujours bienveillant. C'est le pays où nous avons eu le meilleur accueil et de loin ! Merci à eux pour cette authenticité, de Mascate au fin fond du Djebel Akhdar...
  2. La variété des paysages est au rendez-vous. En une heure, vous êtes dans un wadi, à la plage, dans le désert, dans les montagnes. Ce pays est vraiment diversifié.
  3. Une culture musulmane respectueuse dans laquelle on aime se plonger.

Les - d'Oman

  1. Le manque de considération pour les animaux en errance particulièrement les chiens...
  2. Les déchets ! Il y a un vrai problème de gestion de déchets dans ce pays. Et cela n'est pas du, pour une fois, aux touristes. Ce sont clairement les locaux qui jettent leur bouteilles, sacs poubelles par les fenêtres en roulant, jettent des sacs plastiques dans la mer pour nourrir les poissons et j'en passe... Oman commence à traiter la question avec un pari sur la jeunesse (on a vu des affiches pour lutter contre les plastiques). Mais il va falloir que la pays arrête de distribuer des tonnes de sacs plastiques et ce, dès le supermarché où des employés vous attendent en bout de caisse pour vous remplir les sacs de courses. Les mentalités doivent changer car c'est au large du Golfe d'Oman que l'on a récemment découvert une zone morte... 

 

Et vous, cela vous donne-t-il envie de visiter Oman ?
Vous pouvez me laisser vos remarques en commentaire ! 

 

Commentaires: 0