Février 2019

 

JORDANIE

— De l'autre côté du Jourdain —

 

Vous connaissez notre amour du Proche-Orient. Les paysages, la générosité des habitants, la douceur du climat, les douceurs dans l'assiette, la langue arabe... Nous sommes fans de cette région du monde et avions encore envie d'en profiter après avoir visité le voisin israélien. Au niveau géographique, culturel et religieux, les deux pays sont vraiment liés et on va vite le voir.
Visiter la Jordanie nous trottait dans la tête depuis plusieurs années. Un bon plan de vol avec la compagnie nationale jordanienne nous a fait valider le voyage en quelques heures.

 

Au programme, un road-trip du nord au sud sur 10 jours.
Suivez-nous dans nos aventures jordaniennes !

 

L'arrivée à l'aéroport d'Amman,

le vol et la prise de la voiture

 

  • Le vol avec la Royal Jordanien

La Jordanie n'est pas forcément une destination cheap concernant le transport aérien. En général, il faut mettre plusieurs centaines d'euros en vol direct ou se diriger vers des vols avec escales en passant par l'Autriche, la Roumanie ou encore l'Allemagne. Concernant le vol, nous avons eu pas mal de chance en raison d'une offre très alléchante de la Royal Jordanian. Une promotion exceptionnelle de 50% sur les vols directs était valable pour 72h. Nous n'avons pas tergiversé : 250€ le billet A/R en vol direct., c'est cadeau.


Alors, que pensez de cette compagnie ? J'ai été très satisfait de leur prestation. En classe économique, vous avez un petit repas, l'assise est confortable, l'équipe agréable et un écran pour faire passer le temps ! Au retour, notre vol était surbooké. Après avoir pas mal stressé, on nous a juste offert la business class. Oui ! La business ! Et là, le vol prend une toute autre tournure. La business, c'est vraiment la classe ! L'assise est top, tu peux t'allonger totalement avec une couverture super douce, on t'amène à manger sur une nappe blanche, il y a une carte des vins, l'écran de film est très grand... bref, c'est un délice et on est clairement reposé après un vol pareil. Mais de là à payer 4 à 5 fois le prix du billet, c'est trop élevé ! Je suis très heureux d'avoir profité de cette occasion et je recommande sincèrement cette compagnie.

 

  • La voiture avec Dollar

J'étais passé par Dollar à Oman et j'avais apprécié la rapidité du check-in, la clarté du discours et la caution raisonnable. Pas de problème concernant Dollar en Jordanie, la voiture était en bon état (hélas ^^), le prix très attractif (187€ pour 10 jours avec un deuxième conducteur), boite automatique (très pratique pour se simplifier la vie à Amman). Je suis passé par RentalCars et suis toujours très satisfait par cet intermédiaire. Conduire en Jordanie est très simple, hormis Amman, qui est une vraie ville arabe où tout le monde déboule de tous les côtés. Pour bien s'orienter, téléchargement obligatoire de maps.me !

 

  • Les logements

Il y a vraiment de tout en Jordanie ! Du cheap à l'hôtel de luxe, en passant par le dodo dans le désert et l'appart-hôtel avant de reprendre l'avion à l'aéroport ! Il suffit de mixer les typologies de logements pour amoindrir les coûts.

     - À Madaba, nous avons logé 2 nuits au Saint John Hôtel. J'ai lu pas mal de critiques sur cet hôtel que je ne comprends pas. Il est central, vous avez une chambre propre, un frigo, le chauffage, le petit-déjeuner et une vue dingue sur la ville pour 40€ par nuit. Je recommande cet hôtel bien tenu à l'accueil charmant et au prix plus qu'appréciable.

     - À la Mer Morte, on a clairement fait chauffer la carte bleue. Mais difficile de faire différemment. Nous avons logé deux nuits au magnifique complexe Movenpick Dead Sea. Ce n'est même plus un hôtel tellement c'est majestueux. Après avoir refusé plusieurs chambres qui sentaient la cigarette, on nous a surclassé avec une chambre avec terrasse avec une vue de dingue. Magnifique. Pas besoin de sortir de l'hôtel pour manger le gargantuesque buffet du matin et du soir. L'accès à la mer morte est compris dans ce tarif. Pour une demi-pension et l'accès à la mer, prévoyez 500€ pour 2 jours (ça pique !). Superbe souvenir.

     - À Pétra, il fallait un peu économiser sur la chambre, eu égard du montant astronomique qu'on avait claqué la veille. Direction La Maison Hôtel de Pétra, situé à seulement 3 minutes à pied de l'entrée du site. Les chambres viennent d'être refaites (mention spéciale pour l'autocollant "Direction de la Mecque pour prier" au plafond). 50€ la nuit avec le petit-déjeuner, bon plan !

 

      - Restera la nuit dans le désert du Wadi Rum et la courte nuit avant de repartir à l'aéroport à Faraseen Appartement 1 ! Rien à dire, propre, accueil sympa et paiement en ligne.

 



Quelles expériences vivre dans ce pays ?

 

— Quel circuit pour 10 jours pour profiter sans courir ? —

 

Comme pour toutes les destinations, il faut faire un choix. Hors de question de courir. On préfère largement en profiter et mettre de côté certains sites. Notre objectif était d'allier les sites archéologiques, religieux et les beautés naturelles de la Jordanie.
Voici notre parcours sur 10 jours. Si c'était à refaire, je referai ce circuit dans le même esprit (quoique je rajouterai bien une troisième journée à Pétra pour pouvoir randonner dans le site). 

 

1- Sentir le pouls d'Amman, au coeur du downtown

 

On voulait commencer au départ par Amman, mais son aspect bouillonnant m'avait un peu refroidi après le train et le vol de 5h. Nous avons donc décidé de faire un petit tour à Amman avant de repartir vers la France. Sur une journée, Amman vous offrira déjà des moments très sympas à vivre et de beaux monuments à visiter.

  • La Citadelle d'Amman

Filez d'entrée à la Citadelle qui surplombe la blanche Amman. Pour y arriver, ça sera déjà une sacrée étape car la conduite dans Amman est quand même assez sportive (j'ai vu pire - Palerme). Vous trouverez de la place autour du site, qui est très fréquenté par les locaux (nous y étions un vendredi après-midi). Incluse dans le Jordan Pass, cette citadelle est une belle première étape pour voir l'immensité de la capitale jordanienne et surplomber le théâtre antique en contrebas. Je vous conseille d'y aller avant l'appel à la prière du début de soirée. Tous ces chants qui vous arrivent d'un coup aux oreilles rendent le lieu absolument magique. Sur votre gauche, vous apercevrez le temple d'Hercule presque totalement détruit, mais l'énorme socle laisse deviner l'ampleur originelle du site. Tout autour, différents vestiges se partagent l'espace. Mention spéciale pour le palais omeyyade du VIIIè siècle. A l'intérieur du musée, vous pourrez jeter un oeil aux manuscrits de la mer morte. Tentez d'aller à la Citadelle en soirée pour voir la lumière d'un coucher de soleil inondant de lumière la cité.

 

  • Le théâtre antique 

Ensuite, vous descendrez naturellement vers le downtown pour atteindre son magnifique théâtre romain du IIè siècle. Il est parfaitement préservé. Du haut de la citadelle, il apparait déjà très imposant, mais alors au sol ! C'est un des plus impressionnants que j'ai eu la chance de découvrir lors de mes voyages. Posez-vous tout en haut et attendez la descente du soleil... Ce théâtre est en capacité d'accueillir 6000 personnes. Juste à côté, un petit odéon, bien moins fréquenté et parfaitement restauré, qui sert, lui aussi, de lieu de spectacle contemporain.

 

  • La place de l'ancien forum romain

On aime beaucoup se poser sur des places pleines de vie avec Laëtitia et attendre, regarder, contempler. Pour ce faire, on a décidé de se poser sur la place devant le théâtre, l'ancien forum romain. Et la magie a fonctionné. Posé, je n'ai pas pu m'empêcher de parler à une petite fille qui pleurait avec sa grand-mère. On a commencé à parler, les petites soeurs sont arrivées, les mamans... moment assez magique de voir que c'était nous qui étions observés au final ! Quelle spontanéité et bonheur de parler avec des enfants jordaniens, parents et grands-parents sans à priori. Prénoms, provenance, présentation de la famille... si on restait un quart d'heure de plus, je pense qu'on était invité à manger. En remontant, des ados nous ont aussi parlé pour nous connaître... ce n'est pas chez nous qu'on ferait ça, c'est l'accueil du Moyen-Orient ! Je n'ose imaginer la sympathie des Iraniens, par exemple, dans ce genre d'exercice ! 

 

Le conseil du Caméléon : Si vous avez du temps, baladez vous autour des mosquées et dans la Rainbow street ! Nous ne l'avons pas fait, nous étions rincés par notre journée !

 

2- S'imaginer la magnificence de Jérash pendant l'antiquité

 

Jérash : la Pompéi jordanienne ! C'est l'image que j'ai eu à l'esprit en découvrant cette ville du nord de la Jordanie. On peut y visiter une magnifique cité antique merveilleusement conservée, qui aurait été créée par Alexandre Le Grand. Les grecs en ont fait une ville prospère, les Romains y passeront ensuite en y développant le commerce grâce à la Pax Romana. Le déclin arrivera avec les byzantins qui vont faire quelques saccages. Enfin, les bédouins et les mamelouks investiront les lieux. Heureusement, il est toujours possible de voir quelques vestiges. Non ! Bien plus que cela, c'est superbement conservé. 

 

Après avoir passé les oppressants vendeurs à la sauvette qui souhaitent vous vendre 1001 conneries (cartes postales, keffieh... j'ai de plus en plus de mal à supporter ce type d'activité, et encore plus ceux qui leur laisse le droit de vendre ce genre de produits), vous arriverez sous l'arc d'Hadrien. Cela commence plutôt pas mal au vu des détails corinthiens et des 13 mètres de hauteur de l'édifice. La porte est belle et pousse à déambuler. Vous jetterez un oeil sur l'hippodrome sur votre gauche avant que les choses sérieuses ne commencent. Après avoir laissé le temple de Zeus, vous arriverez sur la très photogénique place ovale. Cette dernière est vraiment bien conservée et fait la jonction entre deux entrées de sanctuaires et le cardo. Profitez de cette balade romaine pour découvrir la magnifique nymphée, fontaine hallucinante de calcaire rose sur votre gauche. Un peu plus tard, vous prendrez un peu de hauteur en montant les escaliers du temple d'Artémis qui offre un beau panorama sur le site et la ville ancienne et nouvelle. Sur votre droite, allez faire claquer vos mains ou vibrez votre corde vocale au théâtre Nord. D'une capacité de 1500 places, il est plus petit que celui au sud que vous pourrez découvrir à la fin de votre balade. En redescendant, vous apercevrez des mosaïques d'une ancienne église byzantine

Et qu'est ce que j'entends ? Mes oreilles me trompent-elles ? J'entends comme de la cornemuse, du biniou ! Quoi ? Je fais 4000 kilomètres et j'entends comme en bas de chez moi ? Pas d'hallucination, deux hommes jouent la musique de Titanic dans l'un des plus grands théâtres de Jordanie. Idéal pour tester l'acoustique, cette proposition musicale reflète parfaitement l'influence anglais avant la décolonisation de la Jordanie. Comptez une bonne demi-journée pour Jérash. Le site est vraiment envoûtant. 

 

Le conseil du Caméléon : hors des murailles, Gérasa, la ville nouvelle, accueille quelques vestiges et un super restaurant Ya Hala, pour déguster plein de mezze dans un cadre bucolique très fréquenté par les familles jordaniennes.

 

3- S'émerveiller des mosaïques des églises de Madaba

 

Quand on arrive en Jordanie, on file soit sur Amman, soit sur Madaba pour poser ses valises. L'avantage de Madaba est que le choc est un peu moins violent au niveau circulation et c'est une ville un peu plus calme pour commencer son séjour. Cette cité a l'avantage aussi de permettre aux voyageurs en voiture de rayonner sur des sites majeurs en l'espace d'une heure de route. Mais Madaba est bien loin d'être un spot pour seulement poser ses valises. La ville propose une halte sympa avant, par exemple, de filer vers la mer morte.

Autant le savoir tout de suite, Madaba est la ville chrétienne de Jordanie. Le matin, on entend les cloches sonner en regardant le minaret de la Grande Mosquée. Et cette dernière prendra le relai ensuite. Son autre singularité est d'être le temple (ose-je dire) de la mosaïque, et ce, depuis l'époque byzantine. Je vous proposerai de commencer par avoir une vue d'ensemble sur la ville en découvrant le sanctuaire de Saint-Jean-Baptiste qui offre une vue magnifique sur Madaba. La vue est particulièrement impressionnante, sur 360°, mais attention la tête (dédicace !). Filez ensuite au parc archéologique. Ce dernier offre une multitude de mosaïques dont celles issues des vestiges de l'église de la Vierge abritées sous un grand toit protecteur. On se dirige ensuite à l'église orthodoxe grecque Saint-Georges où vous pourrez admirer les fragments d'une carte de la Palestine du VIè siècle. Cette carte permet de situer Jérusalem, le Saint-Sépulcre et plus d'une centaine de sites bibliques. Vous pouvez vous balader dans la ville ensuite avant de filer au musée, où on a eu droit à une visite guidée rapide, mais sympa, du gars à l'accueil. Nous avons visité également l'église des apôtres... un gars nous a topé pour mieux voir les mosaïques en y mettant un produit en pschit-pschit (sur ce coup là, on s'est fait pigeonné quelques dinars, ce qui est rare en Jordanie). Pas grave ! Enfin, admirez le dôme magnifique de la mosquée.

 

Le conseil du Caméléon : prévoyez 3h pour Madaba, après le petit-déjeuner avant de filer vous balader ailleurs ! Hormis l'église Saint-Georges, tout est inclus dans le Jordan Pass !

 

4- Imaginer le ressenti de Moïse face à la "Terre Promise"

 

Vous n'y couperez pas ! La Jordanie est une terre religieuse et Moïse est passé par là ! Il est même mort ici après avoir aperçu la fameuse Terre Promise, en face de Jéricho. Ce site est donc un incontournable de la religion catholique et accueille beaucoup de pèlerins, même en hiver. On a eu la chance, ou la surprise, de voir une messe pour un groupe de Philippins dans l'église. Le Mont Nébo s'inscrit dans un ancien parcours déambulatoire qui partait de Jérusalem en passant par Jéricho, Ain Moussa, en passant par le Mont avant de filer aux sources chaudes de Hammamat Ma'in. 

 

A l'entrée, vous verrez sur votre gauche une sculpture assez impressionnante réalisée par des artistes italiens en souvenir du passage de Jean-Paul II. La vue, depuis le Mont Nébo est très belle : on voit une partie de la vallée du Jourdain et une partie de la Palestine. Sur la gauche, on a la chance de voir, selon le temps, le bleu de la fameuse mer morte vers laquelle nous irons plus tard. Jetez un oeil sur la sculpture en forme de serpent avant de filer dans l'église derrière vous. A l'intérieur, de belles mosaïques déposées sont magnifiquement exposées. Coup de coeur pour le dromadaire tacheté et les scènes de chasse qui évoquent la connaissance des animaux de l'époque !

 

Le conseil du Caméléon : essayez de regarder la météo avant de partir car quand le site est bouché, c'est vraiment moins sympa. Essayez aussi de bien jauger votre heure d'arrivée, sinon, vous vous ferez marcher dessus par les nombreux pèlerins. 

 

5- La mer morte, de la baignade au coucher du soleil


La mer morte : rien que son nom nous évoque plein d'images. Nous n'avions pas eu le temps de la découvrir lors de notre voyage en Israël. Cela nous avait laissé un sentiment d'inachevé et de réelle frustration. Quand on a validé la destination Jordanie, nous étions tout excités à l'idée de découvrir les sensations d'une baignade dans cette curiosité naturelle. La mer morte se situe à 422 mètres en dessous du niveau de la mer et parallèlement, l'un des plus chauds de la planète. Quand il fait 13 à Amman, il fait 10 degrés de plus autour de la mer morte, ce qui occasionne une très forte évaporation. Autre donnée statistique, le taux de salinité de la mer morte atteint presque les 30% au contraire des 4% d'une mer traditionnelle. Et oui, avec ce taux, vous allez flotter.

 

Mais cette mer, alimentée par le Jourdain, est en train de mourir. Le niveau de la mer morte descend d'un mètre par an. Dans les hôtels, vous pouvez voir d'anciennes plages toutes équipées totalement vides. C'est juste que le niveau de la mer a descendu ! Vite une solution pour éviter cette catastrophe écologique ! Vous pourrez vite vous rendre compte de cette baisse en prenant le volant 20 minutes au sud de la zone des hôtel. N'hésitez pas à descendre vers le rivage, vous y verrez les tonnes de sel déposées par la condensation (et les tonnes de déchets laissés par l'homme aussi hélas).

 


Pour se baigner, vous avez plusieurs solutions. Soit vous allez sur la plage publique, mais il n'y a pas de douche... pas pratique pour se rincer, soit vous réservez une nuit ou deux dans un hôtel de la mer morte. Je vous conseille de passer un temps là-bas. Cela fait partie du charme de la mer morte, savoir prendre le temps. J'ai vraiment apprécié mon moment au Movenpick Dead Sea. Et comment fonctionne la baignade ? Vous rentrez dans l'eau et les sauveteurs vous demandent de vous asseoir. Et la magie commence ! Vous flottez, pieds et mains en l'air sans forcer. C'est vraiment impressionnant. Il est très (trop) facile de se retourner ! On a l'impression d'avoir une peau très grasse en se baignant ici. Ressortez et recouvrez-vous de boue de la mer morte et attendez 10 minutes ! Retournez vous baigner, vous serez tout doux ! 

 

 

En soirée, si vous avez, comme nous, la chance d'avoir réservé une chambre avec vue sur mer, posez-vous et admirez les couleurs. C'est, avec un coucher de soleil à Corniglia, l'un de mes plus beaux sunset ! Mémorable ! Bref, la mer morte est un incontournable.

 

Le conseil du Caméléon : prenez des chaussons pour vous baigner car les gros cailloux vous détruiront les pieds et ce ne sera pas aussi agréable que prévu.


6- Toucher à l'eau du Jourdain, lieu de baptême de Jésus

 

Le Jourdain a donné son nom au pays "Jordanie" et sert de frontière géographique avec le voisin israélien. Ce cours d'eau prend sa source au coeur des montagnes libanaises et traverse Israël et la Jordanie. Mais dans cette région, ce qui cause tant de tensions, ce n'est pas uniquement la religion, mais surtout les ressources en eau. Les textes sacrés parlent d'eaux tumultueuses. La réalité est tout autre dorénavant pour plusieurs raisons. Tout d'abord, plus de 95% du fleuve a été détourné pour subvenir aux besoins de l'agriculture. Mais l'arrêt du rejet des eaux usées appauvrit et assèche également le Jourdain. Certains pensent prendre de l'eau du lac de Tibériade pour l'alimenter... Mais bien au delà de l'aspect géographique, c'est le rôle religieux du site qui lui donne toute sa saveur culturelle. Pour cela, vous devrez vous rendre à Béthanie-au-delà-du-Jourdain (El-Maghtas - le lieu de l'immersion). La papauté comme les archéologues s'entendent pour dire que ce site est bien le lieu du baptême du Christ. Jean-Baptiste aurait baptisé Jésus du côté jordaniens car les Nabatéens auraient été plus réceptifs que les Hébreux à son discours...

 

Pour atteindre le site, vous devrez suivre une visite guidée. Cette visite est obligatoire car, en tant que frontière, ce n'est pas un lieu spécialement peace and love. Des militaires israëliens sont de l'autre côté et des Jordaniens gardent l'autre rive... ambiance particulière mais finalement pas très stressante quand on connait la région. Le tour se réalise au départ en bus et on peut jeter un oeil par la fenêtre sur les différentes églises de différentes confessions qui se construisent sur un terrain d'à peine 10km2. Une fois sortie du bus et après avoir marché quelques minutes, on arrive sur le lieu du baptême... une simple flaque. Et oui, le Jourdain souffre. Puis on arrive à la frontière israëlo-jordanienne... On oublierait presque son rôle de frontière en regardant ce qui se passe. Des groupes se baignent en entier dans le Jourdain en priant. En immersion totale ! Certains peuvent même se faire baptiser. Le groupe dans lequel nous étions était clairement croyant. On peut vous dire qu'ils ont béni tout ce qu'ils avaient sur eux ! Jetez un oeil avant de partir à l'église orthodoxe et à la colline d'Elie. Ce n'est pas, à proprement parler un site impressionnant, mais on sent, même en n'étant pas du tout croyant, une certaine force se dégager du lieu. Cela reste un incontournable d'un voyage en Jordanie.

 

Le conseil du Caméléon : il peut vite faire très chaud sur le site, il faut vraiment prévoir d'y aller le matin. Par ailleurs, ne devenez pas des pigeons en allant consommer à la boutique... Enfin, n'hésitez pas à inclure le prix de cette entrée dans votre Jordan Pass (30% de réduction).

7- Traverser la Jordanie par la route du roi

 

La route du roi commence à Madaba pour terminer à Pétra en traversant Al Karak et Shawbak. On a déjà parlé de Madaba en début d'article. Ensuite, c'est vrai, la route est belle, on passe par le Wadi Mujib, les vues sont spectaculaires avant d'arriver à Al-Karak. J'ai voulu m'arrêter dans cette ville et cela ne m'a rien dit du tout au final. Le temps s'est gâté tout au long de la route, particulièrement autour de Dana où le brouillard et la neige (oui oui !) ont caché tout le paysage ! Par contre, on traverse quelques villes très animées ! Après Dana, la descente vers Pétra est jolie. Cette route vaut le coup car les paysages sont très beaux et au final, est moins galère que la route du désert, remplie de travaux que nous avons empruntée au retour ! Prévoyez quelques heures pour la descendre et s'il fait beau, arrêtez-vous à Dana. Mais gagnez vite Pétra !

 

8- Oh, Pétra : le premier jour...

 

Pétra, la merveille jordanienne. Tout le monde a en tête le Trésor de Pétra, une image presque universelle. Mais c'est tellement plus que ça. C'est déjà une merveille naturelle, avec de longs canyons, des falaises, des points de vue, des roches "en chocolat", travaillées par les pluies, érodées par le vent, aux couleurs multiples. C'est aussi une prouesse architecturale, avec des tombeaux creusés sur des kilomètres... C'est surtout une synthèse de différents styles de l'antiquité ! Enfin, c'est un site habité, ce qui tranche vraiment avec d'autres sites archéologiques (remarquez les habitations troglodytes disséminées dans le paysage).


Mais qui a construit tout ça ? Les nabatéens bien sûr ! Mais qui sont ces petits génies ? C'est un peuple nomade venu de la Péninsule arabique qui profitent de différents troubles au sud de la région pour s'implanter sur le site de Pétra. Ils commercialisent la myrrhe, l'encens et les épices dont les futurs grecs et romains sont friands ! Ceci va assurer leur prospérité. Pétra devient alors un lieu incontournable du commerce de la région. Les nabatéens ont un panthéon, creusent des citernes et sont au top de leur forme jusqu'à l'arrivée des romains bien décidés à leur piquer progressivement la place en les asphyxiant économiquement ! Puis un tremblement de terre et l'arrivée des byzantins auront raison de leur civilisation.

 

Alors comment visiter Pétra pour en profiter ? Un minimum de deux jours est nécessaire pour en profiter sans courir. Mais si c'était à refaire, je referai le même parcours mais je rajouterai une journée pour kiffer, faire une grosse randonnée de 6h avec un guide professionnel.

 

JOUR 1 : on a beau vouloir essayer de s'extirper des touristes, on fera comme tout le monde ! Objectif, arriver sur le site de bonne heure car le soleil tape sur Al Khazneh entre 8h et 9h30 (période d'hiver). Après avoir passé les portes et jeté un oeil au tombeau des obélisques (au soleil le soir) descendez le Siq ! On est pressé d'arriver au bout, mais n'y allez pas trop vite quand même, de petites richesses se dégagent ici ou là ! Grès blanc, grès rouge, levez les yeux, vous êtes dans des gorges de 100 mètres de profondeur, ça donne le vertige ! Une niche ici, une niche là bas, la sculpture d'un dromadaire sur votre gauche... Et le silence laisse place à une petite agitation. On doit y arriver. Et là, c'est le choc ! On se le prend en pleine figure ! Al KhaznehOn admire la finesse du fronton brisé, l'urne funéraire, la hauteur de la porte principale. Le soleil éclaire progressivement cette grande merveille - 42 mètres de hauteur - on discerne les encoches à gauche et à droite qui ont du servir aux ouvriers pour réaliser la façade. On est un peu gêné par la présence du bar à souvenir à gauche et des rabatteurs mais ce n'est pas infernal. On découvre les tombeaux enfouis dans le sol et on comprend après que le sol était 5 mètres en dessous d'aujourd'hui et que ceux qui voyait le trésor le voyaient en levant la tête. Même prévenu, c'est une claque !

 

 

Puis on continue de marcher. On passe par le théâtre ! Mais comment ont-ils construit cet édifice ? 6000 personnes pouvaient s'asseoir dans ce théâtre, le seul au monde taillé directement dans la roche (le soleil tape le matin dessus, le soir, il passe presque inaperçu). On découvre des tombes royales sur la droite, mais nous y reviendrons plus tard ! Dirigez-vous maintenant vers le haut lieu du sacrifice. 40 minutes d'ascension (plutôt aisée) pour atteindre un superbe point de vue sur le site. Vous remarquerez deux obélisques directement taillées dans la roche ! Quel boulot ! Posez-vous à côté du drapeau, faites une petite caresse au chaton du coin et écoutez le silence ! Profitez, respirez, contemplez, c'est ça le plaisir final de l'ascension. Et pourquoi ne pas cassez la croûte ici, attention, les ânes viendront taper dans votre sandwich ! Laëtitia au eu les dents d'un âne sur l'épaule, prêt à taper dans son houmous. Donnez un petit bout car ils ont vraiment faim ! Repasser de l'autre côté après le petit bar et descendez. Vous découvrir quelques merveilles à l'image le tombeau du soldat (qui nous est inconnu ah ah).

 


Allez, on n'en a pas assez ! On veut en voir plus ! Après avoir laissé sur votre gauche le Qasr el-Bint, le bâtiment religieux le plus imposant de Pétra (et sa voûte à deux doigts de tomber - le site n'est plus accessible), montez ensuite au point de vue El-Habis (30 minutes de montée). Ce spot vous offre un beau point de vue sur le Grand Temple qu'on ira découvrir en repartant ! Si vous avez encore des forces, filez aux tombes royales (on en pouvait plus, mais la lumière de fin de soirée nous a poussés à y aller). C'est démesuré, c'est un mélange incroyable de couleurs, l'heure dorée magnifie au plus au point cette taille de la pierre. Fin de la journée avec plus de 25 kilomètres dans les guiboles. Comment trouver des ressources pour demain ?


9- le deuxième jour : direction le monastère !

 

JOUR 2 : après un bon dodo, c'est reparti ! On a encore envie d'en profiter ! On la veut notre vue sur Al Khazneh ! Pour cela, il suffit de monter en une heure au point de vue en longeant les tombes royales et en tournant sur la droite. A l'arrivée, un petit thé posé sur un coussin et on y reste un bon moment ! Super agréable. En redescendant, on découvre les mosaïques de l'église byzantine, le temple au lion ailé, la rue à colonnades...

 


Mais le gros morceau aujourd'hui, c'est le monastère ! Je vous conseille d'y monter sur les coups de midi, parfait pour être à l'ombre lors de l'ascension et profiter de l'ensoleillement. La montée est assez raide, je suis très heureux de la réaliser en février, avec une quinzaine de degrés seulement. Certains montent sur des ânes. Je n'ai pas de mots concernant ces gens. Bougez-vous au lieu d'exploiter des animaux maltraités. Et vu ceux qui montent sur les bêtes... bref, passons. N'encouragez pas cette exploitation animale. Vous montez, montez et bim ! Il est sur votre droite : Al Deir ! 45 mètres de haut, 50 mètres de large. Bien qu'il ne témoigne pas d'autant de finesse que le Trésor, je le préfère à ce dernier. Il est massif, il te réduit à rien, à une poussière vis-à-vis de sa démesure. Trouvez vite un spot pour le déjeuner (on a trouvé un énorme rocher, on était seul, avec une vue incroyable sur cette merveille). On est resté longtemps à l'admirer. Après le déjeuner, filez derrière découvrir une vue dingue sur les montagnes jusqu'aux plaines israéliennes. Avant de repartir, café turc obligatoire ! Sur la route du retour, vous aurez quelques spots pour vous asseoir et observer les magnifiques tombes royales au soleil couchant.

 

 

Pour manger le soir, j'ai testé le Three steps restaurant (qui est ouvert, au contraire des dires d'internet - il a du réouvrir). Accueil très sympa, plats locaux : une adresse intéressante ! 

 

Pétra est incroyable mais...

Le coup de gueule du Caméléon :

 

- les rabbateurs, même si je les ai trouvés plutôt respectueux (on n'est pas à Marrakech), quand c'est non, ils partent tout de suite. Ce n'est peut-être pas pareil en été. Leurs victimes idéales : les chinois ! 

- la maltraitance animale : en février, les bêtes n'ont pas trop chaud, donc elles avancent facilement. Je ne me ferai jamais aux coups sur les ânes et chevaux pour qu'ils avancent (surtout les moins de 10 ans qui font ça sur leurs bêtes pour faire comme des grands). N'alimentez pas ce commerce. Les seuls à prendre les calèches sont des chinois ou des américains... Respectez ces animaux en refusant s'il vous plait ces pratiques. Certains réclament de l'argent pour la santé de leurs animaux, mais c'est un dangereux moyen pour les laisser mal et sous-tirer de l'argent. L'association Four paws est dorénavant dans le coin, il y a un centre qui soigne les animaux mais attention, la partie est loin d'être gagnée. Ne rien lâcher et dénoncer systématiquement les maltraitances à l'accueil, sur internet, par mail...

 

- les animaux : les chiens (et dans un moindre mesure les chats) vous feront de la peine. Ils cherchent à manger. Prenez du pain pita et un peu de mortadelle, cela ne coute pas grand chose et cela aidera ceux qui ont faim. Je n'ai pas arrêté d'en donner et les animaux étaient vraiment contents. Mais partez vite ensuite pour qu'il ne vous suivent pas et évitez de caresser les chiens (risque de rage), même si quelques fois, bah, c'est plus fort que nous ! Certains chiens suivent les locaux, ils sont à eux et ont un bon poids, d'autres moins...

- les enfants  : clairement, les enfants travaillent sur le site ! Et certains ont faim (selon leurs dires). Difficile de savoir quelle position adopter vis-à-vis de cela. On voit tout l'intérêt de l'éducation !

 

10- Dormir à la belle étoile après avoir baroudé dans le Wadi Rum

 

J'avais lu sur le blog du voyageur One Chai que le Wadi Rum était un site à se taper le cul par terre. Il avait clairement raison. Nous avions déjà dormi dans le désert à Oman, mais nous avions passé une nuit dans une tente de luxe avec accès à l'eau, aux toilettes et à l'électricité. En Jordanie, nous avions envie d'en profiter de manière plus authentique. Pour cela, nous nous sommes orientés vers une agence local Wadi Rum Jordan Guide. Cette structure est géré par Atallah et sa femme, une française, ce qui facilite les échanges. Ils proposent plusieurs formules au choix, il n'y a pas de construction en dur dans le désert, vous dormez à la belle étoile et êtes en contact avec de vrais bédouins. Le prix est raisonnable, l'accueil au top et l'organisation nous a séduits. Je vous les recommande !  

Le Wadi Rum se trouve à 1h30 de Pétra. C'est loin d'être un désert de sable. De larges vallées sablonneuses rouges sont bordées de montagnes escarpées, les chameaux se baladent dans des espaces à perte de vue et des formes géologiques impressionnantes de plusieurs centaines de millions d'années se démarquent sur un fond ciel bleu particulièrement pur. Le paysage est fantastique et quelques gouttes de pluie la veille auront pour conséquence de faire apparaitre de petites fleurs violettes dans le sable.


Comment se déroule cette journée ? On va déjà vous emmener voir différents sites le matin, en jeep. On nous a notamment emmené, pas très loin du village vers une source d'eau protégée en expliquant la gestion de l'eau par les bédouins. S'en suivront une ascension d'une dune, une balade dans un siq, une ascension sur une petite arche, un déjeuner dans une cavité (l'occasion de mieux découvrir son guide), la découverte du "mushroom", une énorme pierre en plein désert en forme de champignon. En tout, une dizaine d'arrêts avec du temps pour en profiter, des petites marches... Avant le repas, on nous dépose dans un coin sympa pour le coucher du soleil avant le dîner, autour du feu. Moment très sympa d'échanges avec des bédouins anglophones mais c'est lors de cet échange que l'on se rend compte de l'écart culturel entre Orient et Occident.

 

Vient ensuite le dodo ! 2 degrés, glagla mais le sac de couchage et leurs épaisses couvertures nous aideront à passer la nuit au chaud, seulement réveillé par la lueur du jour. Un petit houmous pour repartir le matin, des souvenirs plein la tête. Je conseillerai même d'y rester une deuxième journée pour bien en profiter ! 

 

Le conseil du Caméléon : gardez bien tous vos déchets sur vous, le désert est rempli de plastique, même si cela n'a rien à voir avec les immondices présents sur les routes ! 

 


Alors il en pense quoi le caméléon ?

Les + de la Jordanie

  1. Les paysages : on passe de la blanche Amman, aux couleurs chaudes d'un coucher de soleil sur la mer morte, à Pétra la rose et aux couleurs orangées du désert. Peu de pays peuvent proposer une telle variété de paysages sur un site petit espace territorial.
  2. La gentillesse des Jordaniens : au même titre qu'Oman, les habitants sont d'une sincère gentillesse. Ils sont toujours prêts à te renseigner (si tu t'arrêtes deux secondes sur le bas-côté de la route, quelqu'un s'arrête direct pour t'aider), même ceux (les rares) qui ne parlent pas anglais se démènent pour te prêter assistance. Si tu t’assois quelque part à Amman, les gens viennent te parler et les enfants souhaitent même se prendre en photo avec toi. Ces habitants sont généreux. Merci !
  3. La tranquillité du pays. Au cœur d'une région explosive, ce pays est tellement cool ! Les religions semblent s'étendre et une certaine harmonie se dégage. 

Les - de la Jordanie

  1. Les déchets : c'est une catastrophe. Le pays est vraiment sale. Le plastique est partout, accroché le long des grillages, dans les champs, dans les villes. Les locaux balancent par terre ce qu'ils ont consommé... une vraie prise de conscience est nécessaire car cela ne va pas aller en s'améliorant. Vite parier sur les nouvelles générations !
  2. Les animaux : je n'ai jamais vu de pays avec autant de chiens morts sur le bas-côté de la route. C'est d'un glauque... Les animaux sont aussi maltraités à Pétra. Ne jamais faire de balade, cela alimente ce commerce et cette maltraitance. Pourtant, d'autres animaux sont considérés (les chats)... c'est "culturel". Un vrai effort à faire ! 
  3. Le travail des enfants : dur à voir... entre ceux qui vendent des objets contraints et forcés à Pétra et ceux qui te réclament à manger...


Et vous, cela vous donne-t-il envie de visiter la Jordanie ?

Vous pouvez me laisser vos remarques en commentaire ! 

 

Commentaires: 1
  • #1

    Laurent (dimanche, 10 mars 2019 13:49)

    Ah, je ne suis donc pas le seul à aimer me poser quelque part, regarder ce qui se passe, et voir les locaux arriver à moi. C'est vrai que le Moyen-Orient, c'est chouette pour ça. Rainbow street par contre, j'avoue avoir été assez déçu. J'en avais entendu beaucoup de bien, mais même si c'est plaisant, je n'ai pas trouvé ça ouf.
    Merci pour la mention et ravi de lire que le Wadi Rum a tenu ses promesses :-)